Skip to content

99 notes préparatoires à la photographie voyeuriste

Trou de serrure, France, 2011
Trou de serrure, France, 2011

1       La photographie voyeuriste peut-elle tuer une princesse ?

2       Quel est le plaisir de regarder ?

3       Est-il égal à celui d’être (bien) vu ?

4       L’objet du voyeurisme est-il derrière les portes closes, seulement, ou derrière les apparences, paradoxalement ?

5       Tout voir, et photographier ; tout voir est-il tout comprendre ?

6       Les péchés capitaux font-ils le lit du voyeurisme ? Orgueil, envie, avarice, luxure, gourmandise, colère, paresse, mais pas la curiosité.

7      Le voyeurisme, cela est commun, doit être dans l’œil de celui qui regarde. À qui sont ces yeux ?

8      Voyeur parfait, James Stewart, dans Fenêtre sur cour, est un photographe à la jambe cassée, cloué devant le spectacle de sa cour d’immeuble.

9       « La situation reste très tendue ». Journal télévisé

10       Le voyeurisme se développe-t-il à proportion de la taille des écrans de télévision et du nombre de chaînes ?

11       Est-il recommandé de pratiquer la photographie voyeuriste sous pseudonyme ?

Jouir de la vue, Paris, 2011
Jouir de la vue, Paris, 2011

12       Scoptophilie, syn. de voyeurisme. Perversion sexuelle qui consiste dans le remplacement de l’acte sexuel par son spectacle. Lexis

13       Le spectacle est réussi au sentiment d’empêchement visuel car le voyeur, hôte invisible, assiste à ce qui n’est pas destiné à être montré.

14       Le spectacle est réussi à la découverte des malheurs de la vertu, indiscrétions de déduits d’alcôve, dévoilements de secrets, découvertes d’activités illégales ou comportements excessifs, tabous et inquiétudes de la mort.

15       Le strip-tease est atrocement ennuyeux.

16       Dans un rêve récurrent, je ne peux pas lever les yeux au dessus la cheville de mon interlocuteur. À ses pieds. À s’épier.

17       La connaissance des secrets d’autrui est un pouvoir enivrant.

18       Est-il déshonorant d’être voyeur ?

19       Le voyeurisme est-il une activité dont on tire plus de satisfaction quand la rigueur morale est forte, ses limites fermes et ses interdits stricts ?

20       Quelle part joue la honte ? Quel plaisir procure la culpabilité ?

21       Barbe Bleue confie à sa femme un trousseau de clefs et lui dit qu’elle peut ouvrir toutes les chambres du château sauf une.

22       « Aucun blessé n’est à déplorer ». Journal télévisé

23       Quel est l’inverse du voyeurisme ? Pudeur ? Peur ? Aveuglement ? Ignorance ? Indifférence ?

Suivez mon regard, France, 2011
Suivez mon regard, France, 2011

24       Condition élémentaire, la distance entre le voyeur et le vu.

25       Le voyeur est invisible.

26       Le voyeur a-t-il peur de se montrer ?

27       A-t-il simplement peur d’influencer les activités observées ?

28       Shizuka Yokomizo dans la série Dear stranger, écrivait à des inconnus vivant au rez-de chaussée en leur demandant de se tenir devant leur fenêtre, en fin de journée, un certain jour, où elle viendrait les photographier. Les « chers inconnus » pouvaient la voir, mais pas lui parler. Rencontres anonymes de personnes isolées.

29       Il est bon d’observer celui qui voit, si possible ce qu’il voit, et particulièrement quand il regarde quelque chose d’excitant et ne se sait pas vu.

30       Ne se sachant pas vu voyant, les témoins du meurtre de la photographie de Weegee Their first murder, abandonnés à leurs émotions, sont plus exposés par le coup de flash que la victime, pourtant très présente du fait qu’elle soit hors-champ.

31       Un but du voyeurisme est-il l’omniscience ?

32       L’omniscience consiste-t-elle à pénétrer tous les espaces ? Tous les corps ? Tous les esprits ?

33       Il apparait que le voyeur aime le contrôle.

Vanité, miroir au pétrole, Londres, 2011
Vanité, miroir au pétrole, Londres, 2011

34       « C’était un de ces portraits arrangés de telle sorte que les yeux semblent suivre ce qui ce passe. » 1984, George Orwell

35       Harry Potter possède une cape d’invisibilité lui permettant de se déplacer n’importe où sans être vu. Il ne s’en sert que pour sauver sa vie, protéger celles de ces amis, faire le bien. N’est-ce pas un peu sous-exploiter ce merveilleux outil ?

36       Quelle grande stupeur éprouve le voyeur en embuscade quand la porte du placard s’ouvre et que la lumière le surprend ?

37       Sa stupeur est-elle moins grande de buter dans le cadavre caché à ses côtés ?

38       Peut-on parler de voyeurisme ordinaire et de voyeurisme armé ? L’occasion fait le voyeur, larron d’émotions que la discrétion n’étouffe pas, tandis que le voyeur organisé traque ce qui n’est pas à portée de regard, et l’enregistre.

39       La photographie offre au voyeurisme une caution artistique.

40       Sophie Calle a demandé à sa mère d’embaucher, pour la faire surveiller, un détective privé. Elle recevait ensuite comptes-rendus et photographies de ses propres activités observées par un homme qu’elle payait pour cela, sans qu’il le sache.

41       L’absence de conscience d’être observé laisse agir sans retenue, censure, intention que cause la conscience du regard d’autrui. Pas d’attitude, du naturel, un peu d’inconscience.

42       Quand on lui a demandé ce qu’il espérait que l’on dise de lui dans 150 ans, Woody Allen a répondu : « bien conservé pour son âge ».

43       L’envie de savoir ce que pensent de soi les autres a-t-elle un nom ?

44       Écouter ou créer la rumeur est-il l’équivalent par l’ouïe du voyeurisme ?

L'attirail, bien le maîtriser, Paris, 2011
L’attirail, bien le maîtriser, Paris, 2011

45       Le voyeurisme est-il exceptionnel ?

46       Un certain nombre d’accessoires favorisent l’observation discrète, dont certains préservent l’anonymat mais attirent l’attention en dissimulant le regard.

47       Pour voir sans être vu, il y a le journal déployé, les persiennes, le moucharabieh, les voilages, le miroir sans tain, le téléphone portable, les reflets dans les vitrines, le rétroviseur, la pluie, la nuit.

48       Pour rester à la mode, il y a les lunettes noires, la voilette, le fichu, le postiche, fausse moustache et perruque, le couvre-chef, casquette, capuche et chapeau, le casque de moto.

49       Pour voir au loin, il a le satellite, le drone, les jumelles, la longue vue, le périscope, le téléobjectif.

50       Certains se rendent très voyant pour devenir invisible. Les vêtements orange à bandes réflectives pour une meilleure sécurité routière et un air d’ennui sont recommandés, et rassurants.

51       D’autres portent des déguisements de héros de dessins animés et travaillent dans des parcs d’attractions.

52       Certains refont souvent leurs lacets.

53       Un air d’assurance, un air lassé, un air concentré, un air d’attendre, un air de rien de particulier et d’inattention favorisent l’observation tranquille.

54       De toute façon, notre capacité à s’étonner s’émousse. L’indifférence assure l’invisibilité.

55       Quant à la photographie, la maîtrise de son outil (im)porte sur l’esthétique créée.

Comédie, tension esthétique, Paris, 2011
Comédie, tension esthétique, Paris, 2011

56       L’impression doit être un manque d’objectivité. Tout ce qui dans l’image trahit la présence du photographe embusqué enrichi le fantasme d’une vision voyeuse.

57       Des flous au premier plan sont d’excellents obstacles au regard. Fenêtre, judas, embrasure de rideaux, le cadre doit donner l’impression que le regard traverse les murs.

58       S’il n’y a pas de fente où glisser l’œil, découpez dans du papier des trous de serrures, et placez-les devant l’objectif.

59       Le sujet aux limites du cadre est excellent pour l’attention, et autre.

60       La nécessité de fixer le mouvement dans une luminosité faible oblige à quelques arrangements techniques qui influencent directement l’esthétique.

61       Peu de profondeur de champ due à une grande ouverture de diaphragme.

62       Des perspectives « aplaties » dues à l’utilisation de longues focales.

63       Le grain très visible du film à haute sensibilité, adaptée aux basses lumières. Ou le bruit de l’image numérique du au manque de lumière et/ou à la qualité médiocre du capteur de l’appareil photo, voire du téléphone portable ou de n’importe quel gadget photographique dissimulé dans un talon de chaussure, une montre, un pommeau de canne. Tout ce qui est illisible est comblé par l’imagination, ce qui n’est pas contre-productif.

64       Les images en noir et vert, prises avec des appareils de vision nocturne, par exemple dans les bois autour de Paris donneront une authentique ambiance de chasse.

65       Pour une atmosphère de boudoir poudreuse et cuir, un virage sépia semble plus approprié.

66       L’important est de donner conscience au spectateur d’être le témoin par dessus l’épaule du voyeur. Qu’il sente la tension de la prise de vue. Qu’il en éprouve de la gêne, de la honte, un trouble.

In God we trust, all others we watch, France, 2011
In God we trust, all others we watch, France, 2011

67       Point besoin d’être photographe pour se justifier un brin voyeur. Observation, écoute, recherche sont les ingrédients de nombreuses professions.

68       Dieu lui-même ?

69       Quelques séances de catéchisme apprennent à se culpabiliser, surveiller ses pensées ou actions mauvaises, puis à les confesser, à s’en rependre, à craindre l’enfer. Et on n’est plus jamais seul.

70       Un éditeur anglais a publié un livre de reproductions de cartes postales où les gens écrivent, anonymement, leurs secrets. Acquérir l’ouvrage en dit long. On m’a offert les deux volumes.

71       Psychanalyste. La position du soulagement douloureux.

72       Journaliste. Où s’arrête l’information ?

73       Croque-mort. Est-ce bien nécessaire ?

74       Banquier. C’est au sujet de votre découvert.

75       Corbeau. Pour saler la vie d’une communauté qui a des secrets.

76       Espion. L’alibi parfait d’un supérieur intérêt.

77       Le bon voyeur, comme le bon espion, partagent-ils le fardeau de ce troublant paradoxe d’être les meilleurs quand ils ne sont pas reconnus ?

Le corps étranger, Paris, 2011
Le corps étranger, Paris, 2011

78       La photographie est une forme d’hyperbole, une copulation héroïque avec le monde matériel. Susan Sontag.

79       L’intérêt du voyeurisme porte avant tout sur le corps de l’autre. L’érotisme n’est que la pointe émergée de l’iceberg.

80       Aux débutants dans la pratique de la photographie voyeuriste, je suggère de démarrer par la fréquentation des plages naturistes de la côte Atlantique, l’ouverture stratégiquement malencontreuse de cabines d’essayages, le surplomb des plateformes de bus qui exposent l’habitacle des voitures et les jambes des femmes en jupe. Si une visée directe est trop compromettante, un de ces vieux appareils qu’affectionnait Paul Strand, avec visée à 90°, devrait dissiper les craintes.

81       La polyjuice potion permet à celui qui en boit de se transformer en un autre, celui dont il aura prélevé un cheveu, ingrédient qui complète la potion. Comme avec la cape d’invisibilité, Harry sous-exploite totalement cette boisson miracle. Et quand deux filles en boivent pour se transformer en Harry, le seul commentaire porte sur sa vue, très mauvaise. C’est cela oui, c’est cela…

82       Pour ceux qui n’ont pas fait d’études de médecine, l’exposition Bodies est le moyen de voir ce qui se cache sous la peau d’un Chinois. Bien entendu, aucune photographie n’est autorisée, « par respect pour les morts », m’a-t-on expliqué. Fumisterie intrinsèque, éventée par un passage obligé au gift shop où des piles d’albums souvenirs sont proposés à la vente. Fors l’honneur, rien ne se perd.

83       Bondage, violence mise en scène, torture mimée… tous les voyeurismes ont-ils la même origine ?

84       Lynchage de Noirs, bonze immobile en flamme, officier Viet Cong exécuté, assassinats politiques, chutes de corps depuis les Twin Towers, cadavres des fosses communes des génocides, Abou Ghraïb, etc., toutes les images de la violence du monde ont-elles avec un voyeurisme « de salon » une différence de degré ou de nature ?

85       À défaut de contrôler l’autre par son observation et de pouvoir pénétrer son esprit, le cannibalisme est-il une forme extrême de maîtrise d’un corps ?

86       Le polar ouvre une fenêtre sur ce qui traverse la tête d’un criminel. Genre très apprécié.

87       Donato Carrisi nous raconte que les chuchoteurs sont des tueurs en série qui pénètrent l’esprit de leur victime, logent dans leurs failles, annihilent leur liberté. La victime est un outil forcé à tuer une tierce personne. Double crime du chuchoteur qui viole une conscience et tue par procuration.

88       Le voyeurisme est-il l’impossibilité de dialoguer ?

Voyeur mis à nu, Hermance, août 1978
Voyeur mis à nu, Hermance, août 1978

89       L’autre, corps et âme, est dans son regard.

90       Le regard de l’autre est-il malveillant ? Pourquoi est-il d’abord perçu comme cela ?

91       Ocelle, zool. Tache ronde sur une aile d’insecte, le plumage d’un oiseau, le pelage d’un mammifère. Lexis

92       La situation s’inverse, et la menace d’être vu est partout : caméras de surveillance, fenêtres aux rideaux tirés, téléphones portables aux objectifs photo dressés, mauvais œil… Tous, ils nous regardent, mais ils ne nous voient pas.

93       Qui n’a jamais éprouvé de malaise en croisant le regard d’un aveugle ?

94       Comment échapper (et à quoi précisément) ? Camouflage, invisibilité, dissimilation, cache-cache. Comment désarmer ceux qui nous mettent en joug (et pourquoi) ? En créant une diversion ?

95       Jusqu’à présent il n’a pas été fait de distinction entre le photographe voyeur, et l’amateur curieux de ces photographies, partant du principe que, photographe ou pas, le voyeurisme, à divers degrés, touchent tout le monde. Mais ce que le photographe professionnel peut produire pour satisfaire le spectateur de son art est-il ce qu’il créerait pour lui ?

96       Qu’elle est l’intérêt de ce jeu de dupes où réalité ou mise en scène de ce qui est montré n’est plus certain ; si cela a même été jamais la question ?

97       Est-il possible de laisser tomber le voyeurisme ? Peut-on morceler, détacher, oublier le voyeur en soi ? La photo ou la vie ? On abandonne plus facilement sa bourse.

98       Pourquoi a-t-on besoin des images ?

99       Piéger les secrets de l’autre puis capturer le regard de ceux à qui on offre l’image en pâture. Cela me semble une définition possible du voyeurisme.

Hermance

Publicités