Skip to content

Greenhouse, Grande-Bretagne, 2009

mai 31, 2011
Greenhouse, Grande-Bretagne, 2009

Greenhouse, Grande-Bretagne, 2009

Le crime anglais est toujours un peu humide. Qui n’a pas éternué au moins une fois en lisant Agatha Christie ? Il y a du gazon, des briques, du brouillard, un rideau à fleurs, de l’agneau à la menthe et du lait dans le thé. Les personnages se tiennent droits, et s’ils sont souples c’est signe que leur morale douteuse les pousse à échafauder de sang froid des crimes à la mise en œuvre compliquée. Bref, il m’est arrivé de m’ennuyer à les lire. Et de conclure que la passion brûlante des Anglais est contenue. C’est d’ailleurs dans des lumières crépusculaires, sous serre, qu’ils entretiennent leur nature échevelée et cachent l’entropie, qui, du fond des eaux, guette la fin du monde organisé, où seront arrachées des tasses leur délicate anse de porcelaine.

Hermance

[Et toujours, à voir au salon Massato, l’exposition de dix photographies de paysages.]

Publicités
One Comment
  1. PLR permalink

    Génial, cette idée de serre et de crime ! Qui plus est ton texte est captivant et fort bien écrit. PL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :